Problématique de l’eau : Les risques d’une pénurie mondiale à l’horizon 2050 - Notre Continent
> NOTRE CONTINENT > - International | Par Habib Diao | Publié le 24/03/2023 02:03:40

Problématique de l’eau : Les risques d’une pénurie mondiale à l’horizon 2050

Les 70% de la ressource eau sont utilisés dans l’agriculture, les 22% dans l’industrie et les 8% pour les besoins personnels. Mais force est de constater qu’il se pose aujourd’hui une réelle problématique de l’eau, en terme de disponibilité.

Ce qui présage une grande pénurie d’ici 2050, avec l’accroissement considérable de la population mondiale.

C’est pour alerter sur tout cela et surtout sensibiliser sur la nécessité d’une gestion durable de cette ressource, que s’est tenue hier la célébration mondiale de l’eau, sur le thème « Accélérer le changement, pour résoudre la crise de l’eau et de l’assainissement».

Dangote Cement Sénégal (DCS) a célébré cette journée avec les étudiants de l’Unité de Formation et de Recherches des Sciences de l’Ingénieur (UFR/SI) de l’Université Iba Der Thiam de Thiès (UIDT).

Il s’est agi de leur permettre de se rendre compte de visu, de la gestion efficace de l’eau par l’entreprise, mais aussi des indicateurs actuels, par rapport aux objectifs.

Il s’y ajoute la déclinaison des performances en matière d’utilisation rationnelle de l’eau, mais aussi du recyclage et de la conservation.

Selon Leyti Ndiaye, Chef du département des mines de Dangote, l’eau source de vie, est d’une importance capitale à la survie de l’humanité. Mais elle est menacée en terme de disponibilité, notamment en ce qui concerne l’eau potable.

L’impact du réchauffement climatique, avec l’évolution des températures de la terre, menace cette ressource, sans compter l’avancée du désert, l’évaporation constante et l’utilisation excessive des disponibilités.

Pour lui, cette problématique doit être prise en charge, en éveillant toutes les consciences de façon globale.

A Dangote, il révèle qu’il y a déjà une politique et des actions pro-actives, vers l’optimisation de l’utilisation et la gestion durable des disponibilités en eau.

C’est à travers des stratégies de préservation de l’environnement de façon globale, l’approche d’une utilisation responsable de la ressource et la mise en œuvre d’un système de recyclage.

Dangote de par ses pratiques, dit-il, est en parfaite conformité avec les recommandations édictées à l’occasion de cette journée, avec l’établissement d’un certain nombre d’approches opérationnelles qui tendent vers l’optimisation dans le travail.

L’illustration en est donnée par le fait qu’au niveau du refroidissement du four, l’entreprise a opté pour la ventilation en lieu et place de l’utilisation de l’eau.

Au niveau de la centrale à charbon, il y a également l’option du recyclage des déchets eaux, qui sont ensuite réintégrés dans le système et l’utilisation pour l’arrosage des plantes implantées dans le cadre de la gestion durable de l’environnement.

Selon lui, il y a également des projets d’amélioration continue, qui vont permettre d’augmenter le pourcentage de récupération des eaux à recycler.

En effet, Dangote dispose actuellement de 4 forages à l’intérieur de l’usine, mais l’utilisation se fait par alternance.

Les deux forages tournent en continu, alors que les deux autres sont laissés au repos et au finish, 21 m3/ h sont consommés sur les 80 disponibles.

Il indique par ailleurs que des campagnes de reboisement sont menées, pour lutter contre l’évaporation et la dégradation du sol, qui peuvent impacter négativement la disponibilité de l’eau.

Dr. Soda Loum Sakho, Enseignante-Chercheure à l’Université Iba Der Thiam de Thiès (UIDT), Chef du département Mines, Géologie et Eau à l’Unité de Formation et de Recherches des Sciences de l’Ingénieur (UFR/SI), qui conduisait la délégation, la visite a permis de voir ce qui se passe dans l’usine, en termes d’utilisation d’eau.

«Au terme de la visite, nous avons pris conscience de la manière dont l’eau et utilisée et comment ils arrivent à réinjecter les déchets dans les circuits, ce qui atteste que le système est mature.

Il permet ainsi d’utiliser l’eau de manière efficiente, efficace, mais aussi de diminuer les prélèvements au niveau de la nappe», a-t-elle souligné.

La plateforme NOTRECONTINENT.COM a pour vocation de diffuser gratuitement et librement les informations et opinions provenant des citoyens, des associations, des ONG ou des professionnels au Sénégal. Cliquez-ici pour créer votre compte et publier votre article.


Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaires

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaires

Copyright © 2023 www.notrecontinent.com

To Top