Origine de la discrimination : Tabou des castes au Sénégal - Notre Continent
> NOTRE CONTINENT > - L'opinion des sans voix | Par Habib Diao | Publié le 11/06/2024 04:06:15

Origine de la discrimination : Tabou des castes au Sénégal

Article écrit par le créateur de contenu : Amadou Sangounane Mboup
L’histoire des groupes ethniques du Sénégal est multiple et discutée : les thèses de l’historien et anthropologue Cheikh Anta Diop, compatibles avec les traditions orales et écrites des peuples du Sénégal et plus généralement de l’Afrique de l’Ouest, ne font pas l’unanimité dans la communauté scientifique internationale.

Les groupes ethniques du Sénégal, notamment les Wolofs, étaient dans les temps anciens divisés en catégories sociales distinctes et rigides. Mais de nos jours, ces divisions et autres catégorisations, sans statut légal et purement traditionnelles, tombent progressivement en désuétude.

Il n’en reste pas moins que les mariages inter castes sont encore souvent mal acceptés et que ce système de castes est souvent un sujet tabou. Le rejet de l’autre à cause de ses origines relève de la discrimination et du racisme, et cela s’illustre bien au Sénégal à travers le système des castes qui ne cesse d’animer les débats. Les castes correspondent le plus souvent à des catégories socio-professionnelles, selon deux groupes principaux : les geer sont la noblesse sénégalaise, qui ne considère pas former une caste mais être au-dessus des castes.

Il leur est interdit d’exercer des métiers manuels sous peine de perdre leur statut, mais ils peuvent être militaires, juristes, propriétaires agricoles ou éleveurs, armateurs, affréteurs des bateaux de pêche, professeurs ou marabouts.

Les neeno ou nyeenyo (ceux qui appartiennent à une caste, contrairement aux geer) sont la caste divisée en deux groupes de castes : les jef-lekk ou « artisans manuels » qui rassemblent les castes des teug (forgerons, ferronniers), ude (tanneurs, cordonniers, bottiers, selliers), laobe (bûcherons, charpentiers, menuisiers, ébénistes) et maabo (tisserands, teinturiers, couturiers).

Les griots ou gewel, « artisans de la parole », qui sont conteurs, récitants, transmetteurs des mythes et des traditions, chanteurs, musiciens ou laudateurs. Ce système traditionnel discriminatoire pose aujourd’hui des problèmes sociaux énormes et il est urgent d’en débattre pour trouver des solutions durables.

Article écrit par le créateur de contenu : Amadou Sangounane Mboup

La plateforme NOTRECONTINENT.COM permet à tous de diffuser gratuitement et librement les informations et opinions provenant des citoyens. Les particuliers, associations, ONG ou professionnels peuvent créer un compte et publier leurs articles Cliquez-ici.


Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires
Latif
Je n'ai rien compris de ce qui est dit
Le 2024-06-11 16:38:20
Alpha
Les scientifiques occidentaux n'ont jamais eu le courage d'accepte la thèse de Anta. Ils ne veulent pas entendre l'idée selon laquelle l'Afrique est le berceau de l'humanité, que les anciens égyptiens étaient des noirs mais. Ils se sentent dès lors inferieurs à nous parce que très longtemps ils ont fait croire à l'humanité que l'Europe fut et est le centre du monde. Que tout vient du petit continent alors que c'est du baratin.
Le 2024-06-11 09:46:47

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires
Latif
Je n'ai rien compris de ce qui est dit
Le 2024-06-11 16:38:20
Alpha
Les scientifiques occidentaux n'ont jamais eu le courage d'accepte la thèse de Anta. Ils ne veulent pas entendre l'idée selon laquelle l'Afrique est le berceau de l'humanité, que les anciens égyptiens étaient des noirs mais. Ils se sentent dès lors inferieurs à nous parce que très longtemps ils ont fait croire à l'humanité que l'Europe fut et est le centre du monde. Que tout vient du petit continent alors que c'est du baratin.
Le 2024-06-11 09:46:47

Copyright © 2023 www.notrecontinent.com

To Top