Coup dur pour Netanyahu : Démission de Benny Gantz - Notre Continent
> NOTRE CONTINENT > - International | Par Habib Diao | Publié le 10/06/2024 08:06:45

Coup dur pour Netanyahu : Démission de Benny Gantz

Benny Gantz démissionne du cabinet de guerre israélien. Ancien chef d’état-major, principal rival politique de Benyamin Netanyahu, Benny Gantz avait rejoint le gouvernement au lendemain des attaques du Hamas le 7 octobre 2023.

Estimant que Benyamin Netanyahu « empêche d’avancer vers une réelle victoire », il fait le choix de rejoindre l’opposition, ce qui ne menace pas la majorité de droite et extrême-droite qui dirige actuellement l’État hébreu.

Gadi Eizenkot, autre ancien chef d’état-major et député du même parti politique que Benny Gantz a, lui aussi, choisi de quitter le cabinet de guerre. Analyse du politologue israélien Ilan Greilsammer.

Benny Gantz avait adressé un ultimatum à Benyamin Netanyahu, lui demandant « un plan d’action » pour la guerre à Gaza. Il a finalement démissionné, cela rebat-il les cartes ?

Ilan Greilsammer : Cela fragilise certainement Netanyahu qui n’a plus cette sorte de « bouclier » que représentaient Benny Gantz et son parti de centre-droit [Parti de l’unité nationale], très bien vus aux États-Unis en particulier. Netanyahu perd ce soutien, mais il a toujours les 64 députés de sa coalition (sur un total de 120 au Parlement). La vraie question est là : est-ce que certains de ces 64 députés de la majorité vont maintenant envisager de quitter le navire Netanyahu, qui prend l’eau de toutes parts ?

Est-ce que le départ de Benny Gantz (et de Gadi Eizenkot) renforce les alliés d’extrême-droite de Benyamin Netanyahu ? On le décrit souvent comme étant sous-pression des formations de ces factions suprémacistes.

Prisonnier, même ! Et il le sera encore plus puisqu’il perd le contrepoids modéré. Mais l’extrême-droite – elle – n’a pas intérêt à quitter la coalition : elle ne pèse pas lourd dans l’opposition. Les partis politiques emmenés par Itamar Ben Gvir et de Betzalel Smotritch vont donc essayer de tenir le plus possible dans le gouvernement Netanyahu.

Est-ce la seule menace qui plane sur le gouvernement le plus à droite de l’histoire d’Israël ?

Les ultra-orthodoxes participent, eux aussi, à cette coalition. Et ce qui les intéresse, c’est que leurs jeunes continuent à être exemptés du service militaire. Or rien n’est moins sûr, c’est à la Cour suprême de le dire. Il y a donc une possibilité pour que ces formations ultra-orthodoxes quittent la coalition, sans lien direct avec la guerre à Gaza.

Article écrit par : Cira Sow

La plateforme NOTRECONTINENT.COM permet à tous de diffuser gratuitement et librement les informations et opinions provenant des citoyens. Les particuliers, associations, ONG ou professionnels peuvent créer un compte et publier leurs articles Cliquez-ici.


Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 commentaires
Cléo
Il faut être nette pour ne pas quitter le navire à temps. Parce que le criminel ira forcément en prison.
Le 2024-06-10 21:36:53

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 commentaires
Cléo
Il faut être nette pour ne pas quitter le navire à temps. Parce que le criminel ira forcément en prison.
Le 2024-06-10 21:36:53

Copyright © 2023 www.notrecontinent.com

To Top